Les Journées de la Harpe (Martinique, Guadeloupe, Guyane)
Accueil du siteCompte-rendus des années précedentes
Dernière mise à jour :
samedi 12 novembre 2016
Statistiques éditoriales :
110 Articles
1 Brève
4 Sites Web
1 Auteur

Statistiques des visites :
362 aujourd'hui
0 hier
223809 depuis le début
   
Compte-rendu de la 17ème édition en 2009
vendredi 8 avril 2011
par webmaster
popularité : 9%

L’émotion de la 17ème édition a été extrême avec l’accident vasculaire cérébral de notre grand ami musicien Barel Coppet, survenu 3 jours avant le début de la tournée où il était la vedette. Barel était très lié aux journées de la harpe depuis 10 ans, il avait beaucoup de plaisir à partager sa musique avec les harpistes et musiciens de tous les pays (vénézuéliens, paraguayens, mexicains, irlandais bretons et grands solistes de musique classique). Nous adaptions ensemble au fil des années des compositions de grands musiciens antillais pour permettre à la harpe de faire corps avec la musique des caraïbes, (Stellio, Belasco, Cultier, Coridun, Bagoé, Coppet, Salvador, Al Lirvat…) et, pour la 1ère année, en concertation avec Aude Bagoé et Jean Pierre Meunier, nous avions choisi une grande dame de la musique antillaise Léona Gabriel. Barel avait eu le plaisir de jouer avec elle et nous avions répertorié une dizaine de ses compositions en accord avec Gertrude Seinin, Guy Louiset et Franck Bilot, clarinettiste classique de Guyane, musicien baigné dans la musique traditionnelle depuis plus de 15ans et qui donnait régulièrement la réplique à Barel Coppet dans tout son répertoire . Apprenant la nouvelle de son décès, alors que nous étions au 2ème jour du festival à Kourou, nous avons continué la tournée sur la demande de Victoire Coppet, son épouse. Barel était toujours présent parmi nous par sa musique, que nous interprétions à chaque concert aux côtés de celles d’Alexandre Stellio et Léona Gabriel. Nous avons pu être présents à son enterrement le samedi 24 octobre à notre arrivée de Guyane .

En effet en 2009, nous rendions hommage pour la partie classique à la célèbre harpiste russe, Vera Dulova(1909-2000), pour fêter le 100ème anniversaire de sa naissance et par la même occasion rapprocher la musique slave de la musique créole ( avec des œuvres de Moussorgski, Borodine, Tchaïkovski, Dvorak, Janacek…) Pour la musique traditionnelle , nous rendions hommage à Léona Gabriel, alias Miss Estrella, une grande ambassadrice de la musique antillaise avec la présence inoubliable de Gertrude Seinin le grande dame de la chanson créole, aux cotés de Guy Louiset steel paniste , Michel Cilla et Sissi, percussionnistes de Martinique et Franck Bilot, clarinettiste de Guyane ; A chaque concert, ont été lus des poèmes de Léon-Gontran Damas sur un fond musical. Le soutien de Pierre et vacances en Martinique et en Guadeloupe à qui nous offrions l’animation musicale, a été très apprécié.

En Guyane

Le programme était plus chargé que prévu grâce au dynamisme de la DRAC, des services culturels des mairies de Kourou et de St Laurent. Après un arrêt à Kourou et St Laurent, nous découvrions la commune d’Apatou situé sur le fleuve Maroni à 2 heures de pirogue de St Laurent. Heureusement la route , sorte de piste, était ouverte depuis 15 jours .Là-bas les habitants sont des « Noirs marrons » ou Bushimengé qui signifie « hommes de la forêt » ; il se déplacent essentiellement en pirogue entre le Surinam et les villages le long du fleuve

Ouverture du festival à Cayenne

L’ouverture se fait à la salle de l’Encre, belle salle prêtée par le Conseil Régional en partenariat avec l’Enmd. Deux concerts sont prévus :l’un à 16h, avec la classe d’orchestre de l’Enmd accompagnée par les harpes, un beau travail des professeurs responsables, l’autre à 18h avec les solistes du festival devant une salle malheureusement peu remplie à cause du manque d’information en aval et des animations en ville pour le « mois de Cayenne ».

Journées à Kourou

A Kourou, le lendemain, dimanche 19 octobre, la coordination est exemplaire entre le service culturel et l’école de musique : concert de musique traditionnelle sur podium au « kioskamizic » à 18h et très beau concert à l’église à 20h avec le concours de père Prosper. Nous venons d’apprendre le décès de Barel Coppet pendant une animation musicale à midi à l’hôtel et l’émotion est intense. Les appels téléphoniques se succèdent.Une rencontre musicale à l’école de musique de Kourou pour les élèves et leurs parents est organisée avec tous les musiciens (steel pan, violon, violoncelle, harpes.) le lendemain en soirée . La directrice Valérie Ransay est d’une grande efficacité. De retour d’Apatou le jeudi 22 octobre après–midi, c’est à l’école de musique de Kourou que nous attendront 3 classes de primaire.

Ciné-concert aquatique à St Laurent du Maroni

A St Laurent, mardi 20 octobre ,une animation scolaire pour 200 enfants est mise en place le matin avec la municipalité. Profitant de l’installation pour le ciné concert du soir organisé par le Rotary Club au cinéma « le Toucan » au bénéfice de leurs actions, les scolaires ont pu admiré le spectacle magique des fonds sous-marins des caraïbes accompagnés par les musiciens en direct : les tortues qu’ils voient habituellement pondre sur la plage, évoluent dans les eaux limpides.

Journée à Apatou

Le lendemain, mercredi, à Apatou, au bout du monde, les animations scolaires regroupent tous les enfants de l’école du centre, environ 300 enfants. Un concert gratuit pour la population est offert le soir par les musiciens à l’église après un tour en pirogue dans les rapides ; (aucune aide n’a été demandé à la municipalité, la coopérative de l’école a offert les repas à tous les musiciens )

Animations scolaires à Awala Yalimapo

Le jeudi 22 octobre une partie des musiciens se rend à Awala Yalimapo (le village amérindien situé à l’embouchure du Maroni) pour une animation offerte pour toute l’école (clarinette, steel pan et harpe).Nous étions allés jouer au village l’an passé et les retrouvailles sont très chaleureuses.

Ciné-Concert avec la compagnie théâtrale de Macouria

Mais la journée n’est pas finie. Partis le matin d’Apatou, via St Laurent, Awala Yalimapo, Kourou, après avoir dormi dans les hamacs à Apatou comme les habitants, nous voilà enfin à Macouria pour interpréter le ciné concert aquatique de toute beauté avec un très bon accueil de la compagnie théâtrale guyanaise.

Retour à Cayenne, animations scolaires , master-class, centre pénitentiaire..

Le lendemain, place aux animations scolaires organisées avec l’aide de la DRAC dans deux écoles défavorisées de Cayenne par les harpistes Françoise Baslé et Claire Le Fur. Jean Eric Thirault, violoncelle solo de l’opéra de Marseille, malgré le planning très serré, accepte toujours souriant une Master class/rencontre offerte aux classes de cordes de l’Enmd, une heure avant le concert du soir à la cathédrale. Comme l’an passé, un concert a pu se réaliser pour les femmes du centre pénitentiaire de Remire Montjoly autour de 3 instrumentistes : Franck Bilot à la clarinette, Yves Desmons au violon, ex-soliste de l’opéra de Marseille et Claire Le Fur à la harpe (2 groupes ont pu en bénéficier) : un grand moment d’émotion.

Hommage à Barel Coppet à la cathédrale St Sauveur

Nous aurions tous aimé être à Fort de France pour la grande veillée funéraire à l’Atrium ce vendredi 23 octobre, où tous les musiciens de Martinique et Guadeloupe étaient rassemblés comme il est de coutume aux Antilles mais, nous avons choisi de rendre hommage à notre ami Barel en Guyane et avons offert à la population le concert du soir à la cathédrale St Sauveur. Barel Coppet était parti brutalement 5 jours auparavant à cause d’un AVC et devait jouer avec nous pour les guyanais qui l’aimaient tant. L’émotion est à son comble avec des œuvres préparées en aval avec harpe et cordes par la chorale de l’école d’orgue dirigée par Christian Laidlow, organiste de la cathédrale. Ce dernier nous offre un beau solo sur les grandes orgues de la cathédrale récemment inaugurées et interprète une sonate de Haendel en duo avec Jean Eric Thirault violoncelle solo de l’opéra de Marseille ; Le guitariste Raymond Gratien, guyanais d’origine, de passage à Cayenne est venu interpréter des pièces de Piazzola en duo avec son ami Yves Desmons au violon, soliste de Marseille, une soirée inoubliable. Claire Le Fur mêle le son de sa harpe à celui féérique du steel pan de Guy Louiset et de Franck Bilot à la clarinette Nous espérions une aide financière demandée en dernière minute de la municipalité de Cayenne, le concert étant offert aux habitants . Le lendemain, nous nous envolons pour Fort de France et arrivons à temps pour les obsèques à la cathédrale de Fort de France où nous attendait les autres musiciens du festival et une foule immense.

En Martinique

Avant première à l’habitation Dillon

Malgré l’avant première à l’habitation Dillon, dès le jeudi 22 octobre et des émissions de radio, les médias trop occupées, n’ont pas suivi la manifestation comme nous l’espérions. De plus, nous avons dû annuler l’inauguration, la conférence de presse et le cocktail à St esprit , prévus le samedi 24 octobre à l’heure des obsèques de Barel Coppet à la cathédrale de Fort de France. Certains ont pensé que le festival entier était annulé. Journée à l’Ilet Oscar

Le dimanche 25 , invités par Jean louis De Lucy, tous les musiciens du festival animent le repas à l’Ilet Oscar avec deux heures de musique de tous les pays rassemblant, percussion, synthé, quatuor à cordes, harpes variées, steel pan, flûte et clarinette. Un voyage en vedette à moteur avec tous les instruments, un accueil chaleureux, une journée inoubliable dans un lieu paradisiaque. Musique sacrée à l’église de Bellevue

Le 26 octobre, les harpistes se rendent à Fort de France dans le quartier de Bellevue, à l’église, pour permettre l’interprétation avec chœurs, orgue et harpe de plusieurs œuvres slaves préparées depuis plusieurs mois par l’ensemble vocal « da cantare » de Guadeloupe. Le quatuor à cordes est présent pour de belles œuvres de Caccini et Mozart. L’ensemble Glissando, avec le soutien de Clotilde Trouillaud, Florence Vigner et Claire Le Fur, fait découvrir toutes sortes de harpes en ensemble. Ce concert a reçu un très bon accueil et une forte participation du public.

Grande soirée classique à l’Atrium en partenariat avec le Cmac

Le grand concert organisé en co réalisation avec le Cmac le mardi 27 octobre devait être le point culminant du festival. A cause d’une panne informatique de plus de 3 semaines, le CMAC (scène nationale), très perturbé, n’a pas pu faire la promotion du concert comme prévu : un salle peu remplie pour une soirée de grande ampleur de musique française et musique russe en hommage à Vera Dulova et au programme les grands compositeurs slaves. Cette grande soirée rassemble le duo Makarenko, solistes internationaux, (balalaïka et piano) le quintette « les Alizés », les solistes de Marseille, Rolex Ravaud et Anne Makarenko au piano, le steel pan de Guy Louiset, les harpistes Florence Vigner, Claire Le Fur et Lilya Marino, la chorale « Da Cantare » de Guadeloupe et les danseurs de Betty Bylon pour des extraits des ballets de Casse Noisette. Ce concert à l’Atrium fut d’une très grande qualité

Soirée de musiques traditionnelles au St Esprit « de la Russie à la Martinique »

Le mercredi 28 octobre, pour la journée créole, la commune de St Esprit à l’honneur cette année, reçoit le festival pour une grande rencontre « créole et slave » prêtant leur salle de concert pour une action du Rotary du François. Malgré le trouble de la municipalité du à l’annulation du cocktail d’ouverture qu’elle organisait le jour de l’enterrement de Barel Coppet, c’est un grand succès grâce aux mélodies russes de Micha Makarenko accompagnant à la balalaïka et la prestance exceptionnelle de Gertrude Seinin. Chantant tout deux tantôt en russe, tantôt en créole , le rapprochement de ces deux cultures est un moment unique. Les musiques paraguayenne et irlandaise sont aussi présentes avec Gerardo Zaraté à la harpe paraguayenne et Cécile Trouillaud harpiste de Bretagne, accompagnés par les tambours, se mêlant tout deux à l’hommage à Léona Gabriel . La participation de la chorale du collège de St Esprit et la création de « sonje miss Estrella » pour ensemble de harpes du musicien et professeur René Goepp met la commune en avant en présence du maire.

Ciné-concert aquatique au Carbet (nord caraïbe)

Le spectacle de cinéma en musique du 30 octobre organisé par l’Ocartour du Carbet, association culturelle très dynamique, est une complète réussite. Le carbet est la commune de Michel Météry, tout le monde connaît Albert Falco. Les films de ces deux plongeurs cinéastes montrent les fonds sous-marins des environs. Les pécheurs sont là et la salle paroissiale est comble pour le ciné concert aquatique et l’hommage à Barel Coppet.

Concert au centre hospitalier et au centre pénitentiaire

Les concerts au centre pénitentiaire et à l’hôpital restent toujours aussi émouvants. La joie rayonne sur les visages, les peines sont oubliées quelques temps au son de la balalaïka, des harpes, du violon ou du tambour. Les animations scolaires ont été moins nombreuses que prévues, ceci dû à l’annulation de dernière minute de plusieurs collèges bousculés la veille des vacances. Pierre et Vacances, en revanche, à bénéficier, en remerciement de leur partenariat, d’animations et de concerts tous les jours pour les enfants et les adultes : nombreux sont les martiniquais qui viennent passer quelques jours dans ce lieu merveilleux rendu exceptionnel par la gentillesse du personnel et le dynamisme des animateurs.

En Guadeloupe,

Malgré le désistement de la Drac Guadeloupe qui soutenait le festival depuis le tout début, ceci dû sans doute aux problèmes sociaux du début de l’année 2009, nous avons tenu à nous rendre dans l’île sœur où le public nous attendait.

Concert d’ouverture à Pointe à Pitre « Lapwent à l’heure slave ! » Le centre des Arts étant fermé pour réparation, nous jouons salle George Tarer avec un véritable partenariat de Claude Kiavué, Directeur du centre des Arts de Pointe à Pitre ; mêlant ainsi autour du duo Makarenko, l’ensemble vocal « Da Cantare », les pianistes Jean Michel Lesdel et Anne Makarenko, le quintette « les Alizés » Guy Louiset au steel pan pour l’hommage à Barel Coppet , les solistes de Marseille et les 2 harpistes Frédérique Garnier et Claire le Fur pour un programme essentiellement de musique slave alliant les solos de harpe, aux trios de Glinka et et aux quatuors de Tchaïkovki par les solistes de Marseille .On remarque une très belle interprétation des danses slovaques de Bartok par les chœurs dirigés par Vincent Veyrier.

caféière Beauséjour
duo Makarenko et Frédérique Garnier (Guadeloupe)

Caféière Beauséjour est chaque année partenaire avec son cadre merveilleux et son accueil chaleureux et a reçu cette année balalaïka, piano et harpe.

Grand concert au Gosier et animations scolaires

animation scolaire Gosier

La municipalité du Gosier, toujours présente par son dynamisme, organisait un concert de musique du monde autour de la harpe comme chaque année. Pour remercier la municipalité, tous les enfants des 10 écoles élémentaires ont bénéficié d’une animation scolaire avec harpe accompagnée par un autre instrument (steel-pan, violon, flûte, violoncelle, clarinette etc). Ces animations étaient offertes par les musiciens . Un beau travail d’organisation réalisé par la médiathèque.

concert église de Gosier

Animations scolaires à Basse Terre, à Port Louis et à Ste Anne

Le dynamisme de l’école de musique d’André Pichon de Basse Terre qui vient d’ouvrir une classe de harpe ,permet d’organiser deux animations scolaires pour plus de 200 enfants du collège de Basse Terre . Quatre musiciens se déplacent à Port Louis sur la demande de la principale du collège et au collège de Ste Anne pour la classe spécialisée :une belle réussite et un beau dévouement des musiciens qui doivent assurer un concert le soir.

Concert au Carmel

C’est Frédérique Garnier qui cette fois accompagne la Chorale « Da Cantare » à Basse terre , avec Jean Michel Lesdel ,organiste de renom et les solistes de Marseille : une belle soirée de musique sacrée dans ce haut lieu de recueillement.

Hommage à Barel Coppet à la cité des Métiers des Abymes

Le concert de clôture rendait hommage à Barel Coppet ,avec la venue gracieuse de Gertrude Seinin et de tous les musiciens autour de Victoire Coppet présente avec nous. Un moment inoubliable de rencontre autour des harpes. devant un public nombreux à l’amphithéâtre du Raizet. Gertrude Seinin avait, le matin même, fait une émission en direct sur Rfo Radio . Son soutien a été extraordinaire et sa présence d’une grande force. Plusieurs communes se sont désistées à regret en raison de la crise importante (Le Moule, Terre de Haut, Baie Mahault, Sainte Anne et St François, initialement prévues au programme. Nous ne nous sommes pas déplacés ni à Marie Galante ,ni aux Saintes (problème de bateau) ni à la Désirade, ni dans les hôpitaux ou les prisons, comme nous l’avions envisagés , ces actions bénévoles dans des endroits défavorisées, n’étant possible qu’avec le soutien de la Drac.

concert de clôture

Conclusion :

Malgré la perte de notre grand ami, le festival a pu se réaliser dans sa totalité grâce à une disponibilité sans compter, parfois épuisante de tous les musiciens par amour de la musique et par passion. Malheureusement, le remplissage des salles dépend des rencontres, de la disponibilité et du dynamisme des responsables culturels, des municipalités, des journalistes et des rédacteurs en chef, de leur volonté de mener une action et de profiter de notre venue, de reconnaître la très grande valeur des musiciens présents. Le problème de la promotion reste entier dans ces tournées où nous ne restons qu’une journée dans chaque lieu et où les musiciens sont pris à tout moment par les animations et les concerts tous les soirs : il n’y a pas de créneaux horaires pour les émissions en directes ; les 1ère années, les journalistes se déplaçaient sur les lieux de répétitions et de concerts ; Tout est imprévisible et très aléatoire. Mais l’un dans l’autre , tout se réalise, avec de la persévérance et de la bonne humeur. Il faut avoir la chance de rencontrer les personnes clé au bon moment et qu’il n’y ait pas un événement imprévu météorologique, médical ou social qui vienne perturber trois semaines de musique intense. Vu le peu de subventions recueillies en raison des problèmes sociaux de 2009 et de la conjoncture actuelle, les musiciens, bien que sachant qu’ils ne pourraient pas recevoir les faibles cachets que l’association pouvait leur verser les années précédentes, n’ont pas failli à leur besogne. Je les remercie de tout cœur .

stage Pierre et vacances

L’association Glissando et moi-même, remercions tous les partenaires pour leur soutien : la Drac Martinique, la Drac Guyane, le Conseil Régional de Martinique, le Conseil Régional de Guadeloupe ,le Conseil Régional de Guyane, Rfo, la Sacem, le Rectorat de Martinique, le Rectorat de Guadeloupe, les municipalités martiniquaises de Fort de France, du Carbet (l’Ocartour) , du Saint Esprit, la municipalité guadeloupéenne de Gosier, les municipalités guyanaises de St Laurent, de Kourou, Caféïère Beauséjour, la compagnie Théâtrale guyanaise, l’Enmd de Cayenne, Emmk de Kourou, l’Ecole de musique A. Pichon de Basse Terre, le Cric-Crac-Motel, l’hôtel Mercure de Kourou, Pierre et Vacances Martinique et Guadeloupe, les Rotary-Clubs de Guyane, le Rotary-club du François en Martinique, Air-Caraïbe, Ada-location de Martinique, et standing-location de Guadeloupe, l’express des îles, les rhums Lamauny et Trois Rivières en Martinique, les rhums Damoiseau en Guadeloupe, Martinique Vidéosub, Gérard Braida pour les affiches, l’Instrumentarium Salvi pour le prêt de deux harpes, le Magasin de la harpe pour le prêt d’une harpe Pandora et le don de cordes, Magdeleine Budin pour la logistique durant tout le séjour, le père Laffine en Martinique, le père Plug et le père Prosper en Guyane.

Nous remercions tous les bénévoles qui nous ont aidé et encore une fois tous les musiciens qui se sont donnés sans compter tout au long de ce festival "itinérant" surtout en Guyane où les distances sont énormes. Malgré la crise, la 18ème édition aura lieu en 2010 du 16 au 23 octobre en Martinique, du 24 au 30 octobre en Guadeloupe et du 30 octobre au 7 novembre en Guyane.

Pour la partie classique, un hommage sera rendu à Bernard Galais avec des œuvres de sa composition et des airs d’opéra , pour la partie antillaise, l’hommage sera donné à 2 grands maîtres de la musique traditionnelle Barel Coppet et Ernest Léardée.

Claire LE FUR Présidente de l’Association Glissando